Osez le Fartlek

Le fartkoi? Le Fartlek : ça veux dire « jeu d’allure », c’est une méthode d’entraînement suédoise des années 30-40 qui consiste à jouer avec la nature du terrain et les allures de course.

En fait le Fartlek est né de trois idées, la première liée à la confrontation finlandaise et leur suprématie sur le 1/2 fond de l’époque notamment avec Paavo Nurmi. Il fallait que les Suédois remontent le niveau face à leurs frères ennemis.
La deuxième idée est une sorte d’harmonie avec la nature, nous sommes dans une période où la question du retour à la source, de la nature, de la pureté prend de l’ampleur.
Et enfin Gosse Holmer, l’inventeur du Fartlek, fait l’analyse que l’entraînement de longue durée tel qu’il est pratiqué jusqu’à maintenant n’est plus suffisant.
C’est donc comme ça que naît le Fartlek : entre analyse, idéologie et confrontation.

Les résultats n’ont pas tardé à arriver. Dès les années 40, les Suédois passent au devant de la scène du 1/2 fond mondial, en battant de nombreux records du monde, notamment grâce à Gunder Hägg, effaçant Nurmi des tablettes.

haag

Mais rien n’est figé, déjà à cette époque les Allemands et un peu plus tard les Tchécoslovaques vont redéfinir le demi fond mondial.

Mais revenons à notre sujet, c’est quoi le Fartlek ?
Jeu d’allure ! Déjà on se dit que c’est ludique, non seulement nous allons donc jouer avec les allures, les vitesses et les terrains : cotes, faux plats, plats, descentes mais aussi leurs natures : herbe, route, sentier, etc. L’idée de base était d’avoir plus de contrôle sur les intensités, mais en fait on fait ce qu’on veut !

On peut être plus royaliste que le roi et être dans une totale harmonie entre la course et la nature, et donc faire varier les intensités de la course en fonction de la nature du terrain. Une petite cote ? Je la monte à fond, je récupère un peu jusqu’à une longue ligne droite où je vais courir longtemps à allure soutenue, puis une accélération dans la descente, enfin une récupération… Et on recommence à jouer avec le terrain librement…

On peut ajouter un peu plus de contrôle… des accélérations entre 30 secondes et 2 minutes à des allures entre 90% et 100% de la VMA avec des récupérations comprises entre 1 et 2 minutes.

On peut même avec une préparation préalable, se prévoir une séance sur un parcours bien spécifique, connaissant le parcours à l’avance, on pourra gérer complètement, l’aspect terrain et l’aspect contrôle des allures.

Moi je fais mes Fartlek dans le parc François 1er, je vous propose un parcours.

ParcoursFartleckAlors c’est simple :

  • On part du port de plaisance, direction le parc François 1er.
  • En bas du parc, on passe à la jonction de la boucle (le début et la fin de la boucle du parc, à allures variées).
  • A ce moment là, on a fait environ 1.5 km. On peut commencer tranquillement en passant derrière la base de loisir, puis en continuant jusque derrière le pont.
  • Ensuite on revient à la base de loisir par la route.
  • En face de la base de loisir on rentre dans le parc, ça monte et ça descend, ça tourne, ça vire, et on se retrouve à la jonction de la boucle.
  • Là, on a fait environ 6 km, soit on rentre vers le port et cela fait un parcours de 7.5 km, soit on retourne dans la boucle, pour un deuxième tour et on aura un parcours de 13 km, avec une dizaine de kilomètres à allures variées.

C’est pas très compliqué, c’est sympa, dynamique et accompagné c’est encore mieux.
Si vous voulez plus d’informations, contactez moi… en ce moment les renseignements sont gratuits. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *