Libère ta foulée

Pour ceux qui me connaissent depuis longtemps j’ai toujours parlé technique course : comment bien courir, comment courir efficacement. Depuis 6 mois je mets en place des séances spécifiques pour améliorer cette partie technique course, qu’il est vrai on ne travaille pas suffisamment quand on fait les séances de course.

Dans mon discours et dans ces séances, spécifiquement, je vous parle d’une pose de pied au sol « plante de pied » surtout pas sur le talon.

Les études montre que 83 à 85 % des coureurs courent avec une attaque talon. Est-ce bien ou mal ?

Il faut savoir que dans la course, lors de la pose du pied au sol l’impact est d’environ 5 à 8 fois votre poids de corps, vous imaginez bien les conséquences sur vos articulation qui ont normalement pour rôle d’amortir cet impact.

Capture d'écran de 2016-02-05 10:40:43
On sait que les coureurs qui courent sur les talons présentent environ 2 fois plus de blessures que les coureurs qui posent plante de pied. (*)
Lors de la pose du talon, votre pied est bien en avant de votre bassin, et la jambe est tendue avec un genou verrouillé en extension. A ce moment là, l’onde de choc remonte jusque dans votre dos, par la hanche, le genou et la cheville qui ne peuvent assurer leurs rôles protecteurs. La chaussure limite cet impact mais aussi chère qu’elle soit la chaussure ne vous préservera pas.

Alors pourquoi ceux qui courent plante de pied sont-ils moins blessés ?

Car pose la médio-pied permet de mettre en œuvre le rôle amortisseur du système musculo-squelettique, notamment celui de l’arche plantaire et de la cheville via le mollet et le tendon d’Achille. Et c’est cela qui change tout.

Capture d'écran de 2016-02-05 14:35:12

En plus d’être protectrice, la foulée médio pied permet de mettre en œuvre des dynamiques de foulées qui permettent l’amélioration de la performance.

Les études montrent que plus de 80% des coureurs ont une attaque plante de pied, quand ils courent pieds nus.

Et oui la course plante de pied est naturelle, faîtes l’essai chez vous, vous verrez …
En plus d’être moins traumatisante, la course médio-pied permet d’entrevoir des éléments d’amélioration de la performance. Le principe même de la foulée, « Mise en tension – renvoi » est bridé par la pose du talon, alors qu’elle prend tout son sens avec une pose médio-pied. L’optimisation de la cadence et de l’amplitude implique de fait, une économie du coup énergétique de la foulée, donc un retard de la fatigue ou une capacité à courir plus vite.

Quand nous avons dit : »il faut courir plante de pied » nous n’avons parcouru seulement que la moitié du chemin.

Il existe une multitude de paramètres qui permettent de définir si une foulée est économe. Mais existe-t’il vraiment une foulée économe ?

La réponse est manifestement non. Il n’y pas un type de foulée plus économe, mais il y a tout de même des « tendances ». Systématiquement dans chaque paramètre pris en compte, on observe un phénomène d’optimisation.
Prenons par exemple la pose du pied au sol : il est vrai que d’être trop sur la talon n’est pas un gage d’efficacité, mais d’être pointe de pied non plus. La pose médio pied est mieux appropriée. Mais en fonction de chacun, des habitudes, de la morphologie, de la force du pied ou des muscles postérieurs, de la souplesse articulaire, la pose du pied sera plus ou moins efficace.On rencontre le même phénomène avec le temps de contact au sol, la prise d’avance d’appui, la position du bassin, le temps de suspension, la cadence, la flexion du genou, le relâchement, la forme du cycle …
Sur chacun de ces éléments, la question se repose de la même manière… Une optimisation spécifique à l’individu, c’est pour cela que je parle, en générale, de « tendance ». Une tendance vers la pose médio pied, vers un cycle de foulée vers l’avant, vers une amplitude et une fréquence optimale, vers un relâchement et un gainage homogène.

fouléecadre

Une foulée pourrait être matérialisée dans ce petit graphique.

On sait aussi que la foulée se modifie en fonction de la vitesse, de l’état de fatigue, du profil du terrain et que rien ne peut être figé dans le marbre.
Il est vrai que l’on analyse la foulée souvent à une vitesse donnée, sur terrain plat, et que la réalité de la course à pied n’est pas celle ci. Alors je propose de prendre en compte les différents indicateurs, qui, quand ils ne sont pas poussés aux extrémités, ni trop forts ou ni trop faibles, nous indiqueraient que la foulée n’est pas si inefficace. … Et à chacun son graphique.

Chaque individu a sa propre expérience de la course à pied, donc chaque individu a une foulée qui lui est propre, vouloir standardiser la foulée, la fermer dans des critères qui ne tiennent pas compte de la personne, c’est exposer le coureur à des blessures.
Donc, regardons ce que nous sommes, et essayons de travailler pour optimiser nos techniques, nos foulées.

Que faire ?

Tous ces éléments pourront être mis en œuvre grâce à un travail spécifique visant à améliorer la pose de pied au sol, le style de foulée et tous les autres paramètres. La séance du dernier samedi du mois remplit cette fonction.

ppg

Pour finir un petit documentaire de Radio Canada résume très bien la problématique de la technique de la course à pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *